Cherbut C - 33540 N - Sci Aliments 2006 ; 26(6) : 493-9.

Le lactose : entre intolérance et effets santé

Le lactose, sucre majoritaire du lait, est hydrolysé par la lactase-phlorizin-hydrolase dans l’intestin grêle. Chez tous les mammifères terrestres, y compris l’Homme, la lactase diminue de façon importante après le sevrage. Toutefois, cette décroissance physiologique n’est pas de même amplitude chez tous les adultes. Alors que non-persistance de la lactase est le phénotype prédominant dans le monde, une grande partie des adultes d’Europe du Nord sont capables de digérer le lactose tout au long de leur vie. D’autres causes secondaires, comme des maladies ou traitements médicamenteux, peuvent aussi entraîner une malabsorption du lactose. Lorsque le lactose n’est pas hydrolysé dans l’intestin grêle, il est fermenté par les bactéries coliques. Cette fermentation est associée à une modification de la composition et de l’activité bactériennes, qui ressemble aux changements observés lors de l’ingestion de prébiotiques. Toutefois, chez certains sujets déficients en lactase intestinale, la malabsorption du lactose peut entraîner des symptômes d’intolérance, sans gravité, mais affectant la qualité de vie. Dans ce cas, plusieurs solutions sont disponibles (et discutées dans ce texte) pour pallier l’absence de lactase intestinale et continuer la consommation de produits laitiers. En effet, l’exclusion de ceux-ci du régime alimentaire présente de sérieux désavantages nutritionnels, avec en particulier un risque élevé d’insuffisance d’apports de calcium, phosphore et vitamines.